L’essentiel à savoir sur l’abandon de poste en CDI

En condition de travail, il arrive que l’employé délaisse son travail pour des motifs qui lui sont propres. L’une des situations observées non moins rare est l’abandon de poste. Cet état d’absence de poste présente quelques particularités, selon que l’on soit en CDI ou en CDD. À travers cet article, découvrez l’essentiel à savoir sur l’abandon de poste en CDI.

Qu’est-ce qu’un CDI ?

Avant d’aborder l’abandon de poste proprement dit, faisons une petite clarification conceptuelle. Le CDI (Contrat à Durée Indéterminée) est en droit de travail, la forme normale et générale du contrat de travail. Il est sans limitation de durée. Il est conclu entre deux personnes, un employeur et son employé. Il peut être conclu par écrit ou non dans le cadre d’un CDI. En fait, le bulletin de paie constitue une preuve de contrat. Certains éléments essentiels doivent composer le contrat de travail. Il s’agit de:

  • l’identité des deux parties signant le contrat
  • le poste occupé et défini
  • la durée de la période d’essai
  • la rémunération
  • la durée du travail
  • le lieu de travail
  • les congés payés
  • la rupture du contrat.

Qu’est-ce qu’un abandon de poste ?

Il existe plusieurs définitions pour l’abandon de poste. Mais généralement, il désigne une situation ou le salarié ou l’employé délaisse son poste de travail du jour au lendemain. Il abandonne ainsi ses activités au sein de l’entreprise. Les exemples sont divers. Mais dans tous les cas, c’est une disparition inexpliquée d’un employé dans une entreprise. Plusieurs raisons peuvent amener à un abandon de poste qu’il s’agisse d’un CDD ou d’un CDI. Il faut nuancer que l’abandon de poste est différent de l’absence injustifiée. En effet, dans le cas de cette dernière, le salarié reprend ses fonctions après sa période d’absence.

Les contours de l’abandon de poste

L’abandon de poste est un cas très sérieux en situation de travail. Il est considéré comme une faute grave et annonce une sanction sommaire et exemplaire. Pour un fonctionnaire, l’abandon de poste est passible de radiation. Il est susceptible de licenciement pour un salarié ou de prison pour un militaire. Lorsqu’une situation est reconnue comme un abandon de poste, la suspension du salaire est immédiate et sa perte définitive. Par suite, l’employeur doit mettre en œuvre la procédure conseillée en de pareilles situations. Ainsi, il saura s’il s’agit réellement d’un abandon de poste.

Une fois la confirmation obtenue, il pourra procéder au licenciement de l’employé pour faute grave. Dans ce cas, l’employé est perdant que ce soit en rémunération ou en indemnités. Toutefois, pour des raisons plus ou moins justifiées, l’employé peut négocier une rupture conventionnelle de contrat. Au cas où l’employeur ne procède pas au licenciement, le contrat de travail est toujours maintenu. Cependant, l’employé ne reçoit plus rien de son employeur (salaire, certificat de travail, attestation pour Pôle Emploi, solde de tout compte). Il ne peut donc pas postuler pour un nouveau travail. Mais pour l’employeur, il court le risque de ne pas pouvoir licencier l’employé en cas d’un éventuel retour.